-1.6 C
New York
jeudi, février 2, 2023

Buy now

spot_imgspot_img

Guinée : Le Président du « MoDeN » invite tous les acteurs sociopolitiques au dialogue en vue d’apaiser la transition

Je pense que si tout le monde est de bonne foi, chaque partie conviée doit prendre part à ce dialogue quand on sait qu’il est question d’y discuter du présent dont dépendra l’avenir immédiat et lointain de notre pays.

Mais si chacun se met à imposer des préalables dont la satisfaction conditionnerait sa participation au dialogue, les choses se compliqueront davantage et les intérêts de là nations relégués au second plan au profit d’intérêts égoïstes.

C’est pourquoi j’ai tant de mal à comprendre un certain nombre de revendications de cette classe politique ainsi que cette partie infime de la société civile (politisée) qui consiste à demander l’arrêt de toute poursuite judiciaire contre des personnes appelées à donner des explications sur leurs gestions respectives ainsi que sur la provenance de montants faramineux retrouvés sur leurs comptes bancaires.

Il est tout absurde de promettre à ses compatriotes la bonne gouvernance et une justice indépendante une fois au pouvoir et être aujourd’hui avocat de tels individus. Il est impératif que l’on se pose de sérieuses questions sur les véritables intentions qui animent les uns et les autres et sur ce que nos hommes politiques prévoient réellement pour la Guinée de demain.

Son Excellence Colonel Mamadi Doumbouya, le Premier Ministre ainsi que le Ministre Porte-parole du Gouvernement Ousmane Gaoual Diallo sont passé par tous les moyens pour faire comprendre à nos aînés de la classe politique qu’il est du devoir de chacune et de chacune de nous de contribuer à l’instauration d’un dialogue serein, inclusif et constructif en vue de permettre à notre pays d’avancer vers le rétablissement de l’ordre constitutionnel dans la paix et l’entente.

Son Excellence Ousmane Gaoual a fait usage de tellement de pédagogie pour amener les uns et les autres à s’accorder sur une telle nécessité que vouloir toujours y opposer une fin de non recevoir n’est ni plus ni moins que preuve irréfutable de mauvaise foi.

Je comprends absolument la détermination qui a amené les autorités de la transition à prendre et à assumer leur responsabilité non pas devant les insassiables caprices des partisans du statuquo, mais devant l’histoire en ouvrant ce dialogue que tous les patriotes ont appelé de tous leurs vœux.

Le mieux, à mon humble avis, est d’aller au dialogue, mettre tous ces points sur la table et en discuter sérieusement et en profondeur sans ambages et sans tabous. Que chacun sache que nul n’a le droit de constituer un blocage pour la marche normale de l’histoire.

Ce n’est que de cette manière que nous arriverons ensemble à un consensus qui pourra, à la fois, nous permettre d’avoir une transition apaisée et un retour à l’ordre constitutionnel moins mouvementé.

Encore une fois, tous ces points demeurent admissibles au débat au cours de ce dialogue qui se veut ouvert et inclusif. Allons-y, donc!

Bassamba Amine Barry
Président du MoDeN (Mouvement pour la Défense de la Nation)

Articles Liés

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Rester connecté

0FansJ'aime
3,690SuiveursSuivre
20,500AbonnésS'abonner

Derniers articles