2.8 C
New York
vendredi, février 3, 2023

Buy now

spot_imgspot_img

Recrutement dans l’Armée : entre choisir et se contenter, les jeunes dans l’impasse

‘A quelques signes de crépuscule, on se rend comme si la nuit sera agréable. » Le dit-on. 

Le nombre très pharaonique des candidats et le besoin de recrutement très mince de l’Etat ont servi de signes prémonitoires à cette intégration dans un contexte politiquement méfiant. 

Que faire pour appartenir à cette vague que certains considèrent comme une dernière chance après avoir tout tenté ? D’une part, le choix n’est pas entre le mal et le bien, mais plutôt entre le mal et le moindre mal. Le mal, parce qu’être homme en uniforme, n’est vraiment pas le rêve de la plus part de ceux qui concourent. Elle n’est même pas faite pour tout le monde, l’Armée. 

Le moindre mal parce qu’il il y’a beaucoup d’autres qui mènent d’autres activités. Mais très malheureusement, ils sont, pour la plupart, exploités dans les entreprises et même les institutions étatiques. La rage de sortir de leur sempiternel stage sans ou avec des primes insignifiantes comme du pet d’un centenaire, les pousse à aller voir ailleurs au prix de leur vie.

Les uns en aventure et les autres restent au pays. Parmi les sortants, les plus malheureux se retrouvent dans les tréfonds de la méditerranée. Les plus chanceux, dans les prisons d’oré de l’occident où ils sont animalièrement traités. Les restants aux maigres espoirs se retrouvent pieds dans le mur.

Esprits spoliés et énergies sucées, ils sont pintés de fausses promesses et garnis des balivernes tintamarresques des politiques sans conviction. 

Se cacher derrière la passion devient l’ultime recours pour la plus part d’entre eux afin de justifier leur attachement au métier des armes. Cela n’est pas anormal car les étincelles de l’espoir restent encore tant qu’il y’a la vie. Comme le soutien ce célèbre diction : <<A défaut de la maman, on se contente de la grand-mère>>. Même si celle-ci ne sent plus bon, elle donne quand-même quoi espérer. 

Rien que pour la première étape, l’on dénombre déjà 9 âmes perdues. Qui faut-il accuser ? La vérité est que le certificat de visite contre visite, est impérativement soumis pour validation des dossiers. Toutefois, son obtention est un véritable combat de titans pour les candidats. (Pour ceux qui veulent suivre la procédure normale). 

Ce n’est nouveau pour personne que le moindre examen coûte assez de saisons aux patients dans nos hôpitaux. Le temps est donc trop petit pour faire la queue dans les hôpitaux au risque d’être hors délais prévu.

Comme plusieurs chemins mènent à Rome,  Il faut acheter le certificat et foutre les conséquences dans la poubelle. 

Les maltaises cardio-vasculaires ne sont plus rares car le cœur est soumis à des épreuves très inhabitées. La mort dans ce cas est imminente. Conséquences, familles endeuillées par la perte des fils qui auraient pu servir de relève. 

Aux morts, mes pensées particulières. Que le paradis soit leur dernière demeure. À ceux qui sont dans les épreuves, mes sincères encouragements. Mais, comme la vie, ce concours n’est pas une course de vitesse, mais celle de fonds. 

Ousmane Bangoura, Journaliste, Reporter d’Image/ Communicant

+224620768517

Articles Liés

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Rester connecté

0FansJ'aime
3,692SuiveursSuivre
20,500AbonnésS'abonner

Derniers articles