12 C
New York
lundi, janvier 30, 2023

Buy now

spot_imgspot_img

Thierno Saidou Diakite chroniqueur sportif : « l’effectif du staff techniquedu du syli est pléthorique »

« le syli national n’a pas besoin de 12 personnes, comme staff technique » explique le chroniqueur sportif.
Le nouvel entraineur du syli national le Belge Paul PUT en commun accord avec la fédération guinéenne de football, a constitué son staff technique le vendredi dernier qui va désormais diriger l’équipe nationale de Guinée. Ce staff technique est composé de 12 personnes. Pour Thierno Saidou DIAKITE, consultant sportif, cette équipe technique au tour du syli est pléthorique. Il a fait cette annonce ce week-end lors d’un entretien qu’il a accordé à notre reporter.
« Je suis quelque peu surpris du nombre pléthorique d’assistant de l’entraineur Pau PUT. Je pense que vu le conteste économique dans lequel nous vivons, à mon avis, on doit faire l’économie de nos moyens. Le salaire déjà est fixé à 40 000 euros, je sais que c’est lui qui prend en charge ses assistants, mais, c’est un sacrifice financier qui est imposé à l’Etat. Mois je pense que l’effectif est pléthorique au tour de l’équipe nationale, c’est mon sentiment », a réitéré Thierno Saidou Diakite.
Les douze personnes qui constituent le staff technique du syli national, il n’y a que seulement 4 guinéens. Le reste, c’est des étrangers. Une chose que déplore le consultant sportif.
« Je pense que la fédération aurait dû être un peu plus regardante pour privilégier les techniciens locaux. C’était mon souhait. Je disais, on doit recruter un entraineur de haut niveau afin que durant le temps de son mandat en Guinée, que nos techniciens locaux puissent bénéficier de son expertise et de son expérience. Tel que son staff technique se présente, cela veut dire que quelque part nos techniciens locaux ne pourront pas bénéficier de son expertise et de sa compétence, parce que sur 12 personnes, il n’y a que 4 guinéens et quels sont ces guinéens ?, je vois que il y’a Decazy qui est en France, il y’a Kaba Diawara, lui, il n’a plus rien à apprendre. Mais, je pense qu’on aurait pu prendre un médecin sportif guinéen et pourquoi pas deux entraineurs guinéens. Il y’a déjà Koly Koivogui, mais on pouvait lui ajouter un autre entraineur local pour qu’ils puissent travailler ensemble. Parce que dans 5 ou 8 ans, il faut que nos entraineurs locaux puissent prendre la relève des expatriés qui coutent très chers, mais généralement, ils ne produisent pas les résultats que nous voulons, c’est ça le problème », a t-il conclu .
A rappeler que cette nouvelle équipe fera son baptême de feu le 24 de ce mois en match amical contre la Mauritanie. Une rencontre qui s’incrit dans le cadre des journées FIFA.

Entretien réalisé par Mohamed Lamine Kaba
655326966

Articles Liés

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Rester connecté

0FansJ'aime
3,683SuiveursSuivre
20,500AbonnésS'abonner

Derniers articles