12 C
New York
lundi, janvier 30, 2023

Buy now

spot_imgspot_img

Assises nationales/Boffa: élèves et enseignants autour du thème  »vérité et de pardon »

C’est sous le thème  » école tremplin de l’unité nationale, de la cohésion sociale et de vivre ensemble » que la direction préfectorale de l’éducation de Boffa a organisé une conférence-débats, à l’occasion des assises nationales de « vérité et pardon », ce Samedi 16 avril 2022. Cette rencontre a mobilisé une centaine d’éleves, autorités préfectorales et enseignants venus des sous-préfectures et communes turales, au lycée Marien Gouabi de Boffa.

Dans son discours de circonstance, l’inspectrice préfectorale de l’éducation de Boffa est revenue sur l’objectif des assises dans les écoles. « Il faut que les élèves s’intéressent à cette problématique. C’est une première dans notre pays, donc il est important de saisir cette opportunité pour mettre une bonne base de démocratie », explique Mme Hassanatou Diallo.

Pour le préfet de Boffa, Colonel Mamadou ciré Bah, la tenue de ces conférences débat dans les établissements scolaires est une importance capitale. « C’est de faire une assise nationale inclusive et l’école est la sommité intellectuelle. Nous savons que Boffa , c’est ici seulement ou deux religions cohabitent dans la paix. C’est vrai notre pays a traversé beaucoup des hauts et des bas, mais on ne peut pas continuer comme ça sans se dire la vérité et de se pardonner. C’est pourquoi, l’État a estimé que c’était important de venir dans un temple du savoir, pour faire face à ces élèves et enseignants », a-t-il expliqué.

Comme c’est pour se dire la vérité et de se pardonné, les enseignants venus de toutes les écoles de Boffa et les élèves ont à tour de rôle touché du doigts aux différents problèmes que le secteur éducatif guinéens est confronté.

Alexis Loua professeur de français au lycée Marien Gouabi de Boffa pense que le problème de l’éducation guinéenne: « prend sa source dans le premier régime. De faite que le régime avait imposé à chaque région d’étudier dans sa langue, c’est là où le tissu social a été déchiré. Le temps de Lansana conté, l’éducation a été instrumentalisée rongée par la politique. Les élèves étaient au premier rang de toutes les manifestations politiques. Ces dix dernières années, c’est à dire sous régime d’Alpha Condé, on peut retrouvé même un forgeron dans la salle de classe et les recrutements étaient éthique et parental. Beaucoup de choses se sont passées, mais pour notre maison commune qui est la Guinée, il faut qu’on se pardonne »,a t-il ajouté.

« On parle aujourd’hui de l’État, mais et nous autres?. Ici dans notre école il y a certains professeurs qui ne se parlent même pas. Il y a aussi un manque criard d’enseignants. Comment pouvons nous préparer l’avenir de ce pays, si les enfants des pauvres citoyens sont en manque d’enseignants. On va pardonner, mais on ne va jamais oublié », a t-il dit, Justin Kamanda Soumah , élève.

Ganda

Articles Liés

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Rester connecté

0FansJ'aime
3,683SuiveursSuivre
20,500AbonnésS'abonner

Derniers articles