2.8 C
New York
vendredi, février 3, 2023

Buy now

spot_imgspot_img

Démembrements de la CENI : Dr Faya Millimono accuse l’UFDG et l’UFR de vouloir se tailler la part du lion

La Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) a tout récemment demandé aux partis politiques de déposer les listes de leurs représentants dans les démembrements de l’institution. L’opposition dans son ensemble doit déposer une liste de 1900 représentants. Mais aujourd’hui, les critères de répartition de ce cota divisent les partis politiques de ce bloc. Intervenant sur les antennes de medium de la place ce mercredi, 21 août 2019,  Dr Faya Millimono, président du Bloc Libéral a accusé l’UFDG et l’UFR d’être à l’origine de cette situation.

« Il est claire qu’au sein de l’opposition, il y a eu deux propositions, l’UFDG a fait une proposition qu’il faut prendre en compte et les législatives de 2013, les élections présidentielles de 2015 et les élections locales de 2018, on n’avait pas besoin parce que l’article 23 est claire la dessus. Ceux sont les deux grands partis de l’opposition qui sont en train de manœuvrer pour empêcher les autres partis d’avoir des représentants au niveau des démembrements de la CENI. C’est l’UFDG et l’UFR qui ont fait des propositions de calcul et en voulant inclure les élections de 2013 qui sont très loin de nous dont les résultats ne reflètent plus les réalités d’aujourd’hui. C’est pour simplement nuire à certains partis dont on ne voulait pas voir la tête », a-t-il accusé.

Pour lui, il y a une volonté de la part de ces deux grandes formations politiques de l’opposition d’exclure les autres.

 « Si on prend en compte les élections de 2010, il y a beaucoup de partis qui n’étaient créés donc, ils auront zéro, si on les législatives de 2013, il y beaucoup de partis qui existaient pas un exemple parti PADES donc on s’accroche ce qui est de la vieillerie maintenant alors qu’on aurait dû prendre l’article 23, discriminatoire qui dit qu’il faut prendre en compte les résultats des dernières élections nationales et locales », déclare Dr Faya Millimono.

Il a rappelé qu’aujourd’hui dans l’opposition, le premier parti, c’est l’UFDG en termes de nombre, le 2ème c’est l’UFR et le 3ème, normalement c’est le Bloc Libéral. Le président du BL pense que les deux premiers partis veulent faire disparaître son parti qui est la 4ème force politique du pays. 

« Mais tenez-vous bien, le BL n’a pas de représentant dans trois régions y compris dans la Ville de Conakry et même dans la région forestière, c’est partiellement, donc il y a là clairement une volonté de vouloir faire disparaître le BL, nous n’entendons pas de cette oreille. Si je comprends donc c’est la dernière présidentielle et les dernières élections locales, ils ont voulu inclure les élections de 2013 sachant que le Bloc Libéral n’avait pas participé pour réduire le score, nous n’avons même 60 représentants sur tout le pays sur les 1900 places », a-t-il dénoncé.

Face à cette volonté de l’UFDG et de l’UFR, le BL n’entend pas baisser les bras.

« Nous avons reçu une lettre de la CENI nous invitant à déposer listée de nos représentants dans les démembrements. Nous sommes en train de choisir nos représentants sur toute l’étendue du territoire et nous allons les déposés au niveau de la Commission de réception de ces listes. Et on verra bien que l’opposition n’aura pas obtenu le consensus ensuite ou on négocie pour essayer de nous entendre ou encore l’opposition n’aura pas de représentant dans les démembrements parce qu’on ne peut pas accepter que les uns exclus d’autres », indique Dr Faya Millimono avant d’ajouter que c’est les partis qui participent aux élections qui doivent avoir leur représentants dans les démembrements de la CENI. 

Facinet Camara

655765079

Articles Liés

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Rester connecté

0FansJ'aime
3,692SuiveursSuivre
20,500AbonnésS'abonner

Derniers articles