3.7 C
New York
samedi, janvier 28, 2023

Buy now

spot_imgspot_img

Le président du conseil d’administration de l’APIM-Guinée dresse son bilan de l’année 2018

À l’occasion d’une cérémonie de présentation de meilleurs vœux du nouvel an ce vendredi 04 janvier 2019, à la Banque Centrale de la république de Guinée (BCRG), le président du conseil d’administration de l’association des professionnels des institutions microfinance de Guinée a dressé le bilan de l’année 2018 de sa structure.

 

Selon Lamarana Sadio Diallo, président du CA de l’APIM-Guinee, durant l’année écoulée, les institutions de microfinance membres de de l’APIM-Guinee ont distribué près de 396 milliards pour un encours de crédit d’environ 214 milliards GNF. L’encours d’épargne total s’élève à plus de 371,5 milliards dont 36 milliards environ en épargne de garantie. Le nombre d’employés est de 870 et le nombre d’agence est de 362.
En terme de sociétariat, le président du CA de l’APIM-Guinee a indiqué que les institutions de microfinance offrent les services à plus de 587.041 clients. En prenant une moyenne de 6 personnes par sociétaire, 3,5 millions de Guinéens bénéficient directement ou indirectement des retombées de la microfinance.

 

Lamarana Sadio Diallo, s’est réjouit des efforts menés par la Banque Centrale de la république de Guinée dans le cadre de l’élaboration des instructions d’application de la nouvelle loi sur les institutions financières inclusives et de la vulgarisation de cette loi auprès des acteurs. Il a aussi remercié les autorités pour la finalisation du processus sur la stratégie nationale de l’inclusion financière. Car selon lui, l’adoption de cette stratégie va permettre un développement harmonieux du secteur.

 

Malgré ces avancées enregistrées courant 2018, Lamarana Sadio Diallo a souligné quelques difficultés auxquelles les institutions de microfinance sont confrontées actuellement. Il s’agit notamment de la fuite des cerveaux vers les Banques et autres organismes, le niveau encore relativement élevé du portefeuille à risques (PAR), malgré quelques améliorations observées, des déficits d’exploitation au niveau de certaines structures, l’insuffisance de ressources pour mener à bien les activités. Il estime que malgré ces difficultés, les institutions de microfinance continuent à se battre pour relever le défi du développement socioéconomique de votre pays.

 

À en croire le président du conseil d’administration de l’association des professionnels des institutions de microfinance de Guinée, notre pays compte à ce jour, vingt cinq (25) institutions microfinance fonctionnelles agrées ou autorisées par la BCRG qui en assuré la tutelle. Vingt et une (21) de ces institutions sont regroupées au sein d’une corporation dénommée APIM-GUINEE.

 

Facinet Camara
620794714

Articles Liés

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Rester connecté

0FansJ'aime
3,680SuiveursSuivre
20,500AbonnésS'abonner

Derniers articles