8.9 C
New York
lundi, décembre 4, 2023

Buy now

spot_imgspot_img

Réduire les risques de radicalisation en Guinée : le secrétariat général aux affaires religieuses renforce les capacités de ses cadres

Le terrorisme est de nos jours un problème qui touche presque tous les pays du monde. La Guinée n’étant pas en marge de cette situation, un projet de prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violent est porté par le secrétaire général aux affaires religieuses en partenariat avec trois agences du système des Nations Unies (UNFPA-OIM-UNESCO).

 

Ce projet sera mis en œuvre dans 13 préfectures de la Guinée y compris la zone spéciale de Conakry. Il vise à réduire les risques de radicalisation et d’extrémisme violent tout en renforçant les capacités des services de l’État en partenariat avec les communautés. Ce, pour encadrer et réglementer les écoles Franco-arabes, les foyers coraniques et les lieux de culte musulmans tout en améliorant la compréhension du phénomène et la mise en place de mécanismes d’alerte précoce.
Pour traduire ce projet en acte concret, un atelier d’élaboration du plan opérationnel de travail se tient en ce moment même à Conakry. Objectif est de faire la revue des textes réglementaires des foyers coraniques et des mosquées de certains pays de la sous-région en vue de proposer des textes réglementaires des mosquées et foyers coraniques de la Guinée qui constitueront une base documentaire pour les ateliers régionaux. Il s’agira également de proposer un plan plaidoyer auprès des leaders religieux, les responsables des foyers coraniques pour favoriser l’application des textes qui seront élaborés.

Les parties prenantes (Agences du système des nations unies et Gouvernement) se disent tous convaincu de la nécessité d’actualiser les textes réglementaires des lieux de culte musulman et de faire un plaidoyer en vue de leur acceptation. Ces parties estiment que la Guinée est une République laïque ou le respect de toutes les croyances est solennellement proclamé dans la constitution.

Les édifices religieux sont une des composantes les plus symboliques de la liberté de culte. Cependant, il existe aujourd’hui des textes réglementaires qui ne répondent pas aux aspirations de la nouvelle constitution guinéenne en vigueur, concernant la réglementation et le fonctionnement des lieux de culte.

 

À noter que cette rencontre de trois jours réunie 51 participants issus du secrétariat general aux affaires religieuses, des responsables de foyer coraniques et des acteurs de la société civile.

 

Facinet Camara

655765079

Articles Liés

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Rester connecté

0FansJ'aime
3,912SuiveursSuivre
21,400AbonnésS'abonner

Derniers articles