20.1 C
New York
jeudi, août 18, 2022

Buy now

spot_imgspot_img

Affaire Almamy Condé : la mère adoptive de l’accusé porte plainte à son tour (source) Confidence224.com

Encore un nouveau rebondissement dans le dossier AWAL-GUINEE, une société qui, depuis un certain temps, n’arrête de faire parler d’elle. Une nouvelle plainte vient d’être déposée contre, cette fois-ci, El hadj Mohamed Koné, le principal actionnaire de l’entreprise. C’est en tout cas ce que nous venons d’apprendre de sources proches de l’intéressé. Il vous souviendra que depuis un bon moment votre quotidien, fatalainfos.com, tient à l’œil ce contentieux opposant les deux actionnaires de la société haut mentionnée qui sont : El hadj Mohamed Koné (60% des actions) et Almamy Condé (détenteur de 40% de l’actionnariat). Dans ce nouveau rebondissement, c’est celui qui était jusque-là plaignant qui se trouve sous le coup d’une nouvelle plante, cette fois venue de Hadja Fanta Condé, la mère adoptive de son désormais ex associé, a-t-on apprit.

De l’espoir au désespoir
Pour rappel, ce bras de fer remonte à 2016, soit seulement un an après la création de l’entreprise AWAL-GUINEE. A ses débuts, tous les signaux donnaient pour sûr l’espoir d’un avenir radieux pour la nouvelle société. Fermes avicoles modernes, stations services, usine de concassage de granite à Dubreka avec ses équipements de dernière génération et un important domaine foncier, étaient entre autres des avoirs de la société AWWAL-GUINEE. Tout ceci a été fait grâce à l’implication personnelle de l’homme d’affaire El hadj Mohamed Koné qui, avons-nous apprit document à l’appuie, n’avait pas lésiné sur les moyens pour donner force à l’entreprise. Mais au grand dam de celui-ci, tout l’espoir de départ s’envolera de si tôt tant et si bien que les agissements de son associé s’avéraient peu orthodoxes.
En effet, selon son entourage proche, l’homme d’affaire El hadj Koné s’est trompé de personne. Venu en Guinée dans l’intention d’investir ses capitaux dans l’économie de son pays, sieur Koné se serait dirigé vers un fonctionnaire de la Direction National du trésor public.  Almamy Condé, c’est son nom, était jusque-là Chef de Section au trésor public. La rencontre entre les deux hommes intervient par l’entremise d’un certain Billy Condé, qui est leur ami commun. Billy Condé sera même embauché par l’actionnaire principale avant d’être accusé de malversation financière. Laquelle malversation qui lui coutera la détention du coté du commissariat urbain de Dubreka KM5, où nous avons jeté un regard dans le registre des détenus. Mais ceci fera l’objet d’un autre article.
Le torchon entre Mohamed Koné et son associé Almamy Condé se mettra à bruler lorsque le dernier prendra pour habitude de faire transiter de montants colossaux dans les comptes de la société. Cette pratique qui s’apparente à du blanchiment d’argent suscitera la crainte d’El hadj Koné qui, aussitôt, prendra sur lui la décision d’interpeler son associé lui sommant de s’en abstenir. Il n’en fallu pas plus pour provoquer l’ire du très puissant fonctionnaire du service des impôts. Ainsi naitra un long et impitoyable différend qui conduira à la confiscation de tous les avoirs du pauvre El hadj Mohamed Koné qui n’avait que ses yeux pour pleurer face à la forte influence de son désormais adversaire sous le régime défunt.
Nul n’est assez fort pour le demeurer éternellement
Ainsi arriva le coup d’Etat du 05 septembre 2021. Le pouvoir change donc de main et les nouvelles autorités prônent avec fermeté la justice. Du coup les nouveaux maitres se penchent sur des affaires de corruption, de détournement et de blanchiment d’argent. Parmi les premiers dossiers qui attirent l’attention de la Cour de Répression des Infraction Economiques et Financières (la CRIEF) figure la société AWWAL-GUINEE, précisément les agissements de l’un de ses actionnaires en la personne d’Almamy Condé. Il est reproché au fonctionnaire des accusations de corruption, de détournement de deniers publics et de blanchiment d’argent. Convoqué à plusieurs reprises devant la Direction Centrale des Investigation Judiciaires de la Gendarmerie Nationale, Monsieur Almamy Condé, ayant constaté l’ampleur des charges qui lui pesait sur les épaules, a cru bon de prendre ses jambes à son cou. Des informations font état de sa possible présence du coté de Bamako. Certaines sources affirment qu’il serait du coté de l’Europe en ce moment. Mais ceci est une autre histoire sur laquelle nous reviendrons.
Quand la famille de l’accusé se trouve un bouc émissaire.
C’est pratiquement le dernier développement du feuilleton AWAL-GUINEE. Pour la famille et proches du nommé Almamy Condé, il n’y a pas mille responsables des ennuis de ce dernier. El hadj Mohamed Koné est le seul et unique responsable de ce qui arrive à leur fils. Mais la famille ne se limite pas à de simples accusations verbales. L’on apprend de sources proches que la mère adoptive de sieur Almamy vient de porter plainte contre le coactionnaire de son fils. L’information nous a été confirmée par l’entourage de l’homme d’affaire El hadj Koné, même si aucune de nos démarches auprès des plaignants n’a aboutit. Mais selon le document dont nous avons la capture, Hadja Fanta Condé pointe du doigt El hadj Koné d’abord d’être à la base des soucis de son fils et ensuite de rester devoir à celui-ci un montant à hauteur de sept cent cinquante millions de francs guinéens (750 000 000fg). D’où vient ce montant ? En quoi El hadj Mohamed Koné est-il la source des malheurs d’Almamy Condé ? Par quelles preuves la pauvre d’âme va-t-elle étayer ses allégations ? Telles sont des interrogations dont la réponse donnera un tournant décisif à ce feuilleton qui fait depuis longtemps les choux gras de la presse.

La Rédaction

Articles Liés

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Rester connecté

0FansJ'aime
3,433SuiveursSuivre
20,000AbonnésS'abonner

Derniers articles