12 C
New York
lundi, janvier 30, 2023

Buy now

spot_imgspot_img

Guinée : Dansa kourouma condamne l’arrestation de Sekou Koundouno et Fonike Mengué et qualifie de bêtise

Dans la journée du mardi, 16 juillet 2019, deux des cerveaux du Front National pour la Défense de la Constitution FNDC ont été arrêtés par les agents de la Direction de police judiciaire DPJ. Sékou Koundouno et Fonike Mengue ont été interpellé alors qu’ils venaient voir des collègues attestés avec les t-shirts du FNDC à Gbessia. 

Au lendemain de cette arrestation, beaucoup de voix se sont levé pour condamner l’acte. Le président du conseil national des organisations de la société civile guinéenne n’est pas resté en marge de cette condamnation. S’exprimant sur le sujet ce mercredi matin sur les ondes d’un média place, Dansa Kourouma a qualifié l’arrestation des deux activistes du FNDC de bêtise.

« C’est une bêtise tout simplement parce que le niveau où on a atteint en matière de démocratie dans notre pays, on ne peut plus arrêter quelqu’un à cause de son opinion. Les conditions d’arrestation des deux activistes de la société civile ne respectent pas du tout le droit pénal dans notre pays. Une fois encore nous condamnons cette manière de faire parce que c’est un recul de la démocratie dans notre pays », a-t-il déclaré.

Pour Dansa Kourouma, la liberté d’expression n’est pas une périmètre négociable parce que ça été conquise après de longue lutte, après d’énormes sacrifices donc toute autorité guinéenne doit respecter cette liberté d’opinion pour tous les guinéens. 

Face a ce qui se passe actuellement dans notre pays, le président du CNOSCG  a déclaré que les risques de menaces sont sérieux, les menaces sont sérieuses à la fois pour les libertés individuelles mais aussi pour la constitution et cela n’est pas un secret de polichinelle. 

« La vérité aujourd’hui est que ce qui se trame n’est pas du tout une bonne image pour notre pays. On a même pas commencé les débats de fond sur la Constitution les arrestations et les menaces commencent, ça veut dire que quand les vrais débats vont commencer nous nous retrouvions dans un état de siège. Il faut que ces manières s’arrêtent parce que nous ne sommes pas prêt à accepter ces manières là », a déploré avant de dire que le CNOSCG ne négociera pas la liberté d’opinion. Il se dit déterminé à se battre pour que les libertés fondamentales soient garantis. 

Dansa  Kourouma a aussi demandé la libération pur et simple de Sekou Koundouno et de Fonike Mengue. 

« Une fois encore il faut que nos deux confrères soient purement et simplement libérés. Toute autre manière de manifestations contre la nouvelle constitution doit être traitée de la même manière que ceux qui font la promotion de la nouvelle constitution. Les deux poids deux mesures doivent s’arrêter dans notre pays. Si l’opportunité est donné a d’autres d’aller battre la campagne parfois avec des ressources dont on ne connaît pas l’origine, il faut aussi permettre à ceux qui ne sont pas d’accord d’exprimer leurs opinions et de manifester leur désaccord. Il faut que l’autorité guinéenne respecte la loi et l’État de droit », lance Dansa Kourouma, Président du CNOSCG 

Facinet Camara

620794714

Articles Liés

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Rester connecté

0FansJ'aime
3,683SuiveursSuivre
20,500AbonnésS'abonner

Derniers articles