24 C
New York
vendredi, mai 27, 2022

Buy now

spot_imgspot_img

Guinée : Jacques Théa accuse le service contrôle qualité d’avoir extorqué des montants colossaux aux établissements hôteliers

Le Ministre du commerce, de l’industrie et des PME a rencontré les opérateurs économiques, les patronats et les acteurs de l’artisanat ce mercredi, 05 janvier 2021, pour discuter des problèmes qu’ils rencontrent dans l’exercice de leur profession en Guinée. Dans la foulé, le président de la fédération patronale du tourisme et de l’hôtellerie (FEPATO), a pris la parole pour informer le Ministre Bernard Goumou de l’arnaque dont les établissements hôteliers sont victimes de la part du service contrôle qualité.

 

Jacques Théa, a ouvertement accusé ce service de les avoir pris des montants allant de 500 mille à 18 millions de francs sans aucune base légale.

« En réalité, c’est un service qui travail difficilement avec le secteur, qui vienne avec des facturations parce que tout simplement ils rentrent dans un établissement hôtelier ils font l’état des lieux après ils vous donnent une facture sur quelle base on ne sait pas. Ils demandent à un moment aussi de contrôler la nourriture, la qualité de la nourriture, lorsque vous leur donner les plats, ils partent avec des plats en vous laissant une facturation. Les montants qu’ils réclament commencent de 500 mille à 12 millions. S’ils vont par exemple dans un hôtel comme Kaloum, c’est des facturations de 18 millions qu’ils font parce qu’ils sont rentré tout simplement dans le restaurant, prendre quelques nourritures et tout s’arrête là », dénonce t-il avant d’ajouter que malgré des multiples dénonciations de cette pratique, le service contrôle qualité n’a jamais cesser de les réclamer des montants.

 

Ce qui est plus marrant dans tout ça, c’est l’implication de la police et de la Gendarmerie dans cette opération d’arnaque.

« On a toujours dénoncé cette pratique mais ils sont toujours dans leur élan de Conakry jusqu’à Yomou, c’est un service qui vienne, il rentre dans un bar il regarde après il vous tend la facture.  Et ce qui est plus grave, sait qu’ils arrivent à convaincre la Police ou la Gendarmerie pour les accompagner. Et quand ils les accompagnent quand l’argent sort ils se partagent. A l’intérieur du pays, c’est le pire parce que là ils se font accompagner par la Police ou la Gendarmerie, ils regardent et dit tel produit est périmé, on te fais la facture, si tu paie pas l’argent on t’arrête et te conduit à la Police », souligne Jacques Théa.

 

Le président de la fédération patronale du tourisme et de l’hôtellerie a rappelé qu’en principe le service contrôle qualité n’est pas habileté à contrôler la qualité des nourritures ou des toilettes dans les établissements hôteliers.

« D’abord ce service relève du Ministère du commerce, il n’est pas celui du tourisme et de l’hôtellerie, il y a une inspection au niveau du Ministère du tourisme et de l’hôtellerie. Un service de qualité ne peut pas se permettre de dire la qualité de tes toilettes n’est pas normale voici la facture que vous devez payer, ce n’est pas lié. En matière de qualité de nourriture, de qualité des établissements ils ne sont pas qualifié. Il faut qu’ils arrêtent, les gens en souffrent », mentionne Jacques Théa, président de FEPATO.

 

Facinet Camara 620794714.

Articles Liés

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Rester connecté

0FansJ'aime
3,333SuiveursSuivre
19,700AbonnésS'abonner

Derniers articles