2.2 C
New York
samedi, janvier 28, 2023

Buy now

spot_imgspot_img

Medias : les journalistes guinéens dans la rue pour exiger la libération de leur confrère

Depuis le 26 mars dernier, le journaliste « Lansana Camara », Directeur de publication du site Conakrylive.infos, est en prison à la maison centrale de Conakry.

À une semaine de cette arrestation et en dépit des multiples déclarations, notre confrère croupit toujours dans geôles de la maison centre de Conakry. C’est pourquoi ce mardi 02 avril, les journalistes de la presse publique et privée ont battu le pavé pour exiger sa libération. Ils ont fait une marche qu’ils ont appelé « marche de colère ».

Cette marche a démarré au rond-point du port autonome de Conakry pour le Ministère de la justice en passant par celui des affaires étrangères et des Guinéens de l’étranger.
Devant le Ministère de la justice, des journalistes fortement mobilisés scandaient des slogans hostiles aux responsables de ce département, « Mamady Touré en prison, Cheick Sacko, zero ». Sur les banderoles on pouvait lire « Libérez Lansana Camara », même les magistrats en charge du dossier de notre confrère n’ont pas échappé à la colère des hommes de plumes.

Visiblement très remonté contre ce qu’il qualifie d’arbitraire, Lamine Mognouma Cissé, patron de presse, a déclaré que la liberté de la presse est en danger en Guinée.

« On a marché aujourd’hui parce que la liberté d’expression et d’opinion est en danger. L’emprisonnement du journaliste Lansana Camara est une violation flagrante de la loi sur la liberté de la presse et d’expérience en Guinée>, explique-t-il.

Le journaliste, Lansana Camara, est accusé de diffamation par voie de presse par le Ministre des affaires étrangères. Le DGA de la Radio Djigui fm estime que même si cette accusation est vraie, il n’a pas sa place en Prison.

« Admettons que cela soit vrai mais la destination ce n’est pas la prison, la procédure n’est pas celle qui a été empruntée par la justice, il ne doit pas se retrouver en prison parce que la dépénalisation n’est pas partielle, elle est totale. On ne saurait expliquer la détention préventive par quoique ce soit, elle n’est pas possible en matière de délit par voie de presse », Lamine Mognouma Cissé.

Il indique que cette marche va au-delà de la libération de Lansana Camara, mais plutôt de montrer aux autorités qu’on ne doit pas envoyer un journaliste en prison pour une infraction dans l’exercice de son métier. Lamine Mognouma Cissé déclare que cette marche est un signal fort et invite ses paires à garder le Cap jusqu’à la libération du journaliste Lansana Camara.

« Nous devons être ferme la dessus c’est parce que ce qui est arrivé à Lansana aujourd’hui peut arriver à n’importe quel autre journaliste demain donc il faut palier cela. Il faut se lever contre cette façon de faire, c’est pourquoi la mobilisation et elle a tout son pesant d’or, il faut continuer à maintenir la pression ».

Après cette marche de la colère, plusieurs autres actions sont envisagées pour exiger la libération pure et simple du Directeur de publication du site Conakry live.infos.

Facinet Camara

Articles Liés

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Rester connecté

0FansJ'aime
3,680SuiveursSuivre
20,500AbonnésS'abonner

Derniers articles